Vous êtes ici : Armes et armements > Grande-Bretagne > Cruiser Tank Comet (A34)

Chars de cavalerie

Cruiser Tank Comet (A34)

En juillet 1943, la bataille de Koursk voit l'apparition d'un redoutable fauve : le Panzer V. Ce char intègre les dernières avancées techniques de l'époque et est appelé à devenir le char de bataille principal de la Panzerwaffe. Les rapports soviétiques soulignent sa puissance de feu ainsi que son épais blindage. L'Armée britannique ne dispose alors d'aucun char pouvant rivaliser avec le nouvel arrivant. Les tanks britanniques sont tous élaborés selon des conceptions d'avant-guerre. Il est alors urgent de développer un nouvel engin capable de s'opposer au Panzer V.

En janvier 1943, l'Armée britannique lance la production du Cruiser Tank Mark VIII A27M Cromwell. L'engin présente une conception archaïque, avec ses blindages verticaux, alors que ses prédécesseurs, les Crusader, étaient dotés d'une cuirasse inclinée. Son moteur essence Rolls-Royce Meteor de 600 chevaux s'avère très performant, offrant une vitesse maximale de 65 km/h. Sa suspension Christie lui confère une bonne agilité sur le terrain. Toutefois, son canon de 6-Pdr (57 mm) se révèle très vite insuffisant face aux chars lourds ennemis. Les Anglais décident alors de le remplacer par un canon antichar de 17-Pdr (76,2 mm).

Dans le but de contrer les Panzer lourds, la firme Stothert & Pitt conçoit une tourelle capable d'accueillir le 17-Pdr et les deux chargeurs nécessaires à son fonctionnement. Afin de tenir compte de l'encombrement du 76,2 mm, la tourelle est très volumineuse. L'intégration de celle-ci entraine la modification de la caisse du Cromwell A27M. Un sixième galet porteur est greffé sur le train de roulement. Pour supporter la surcharge de 4 tonnes, les suspensions sont considérablement renforcées et le blindage est réduit. Bien que son canon soit capable de percer 108 mm de blindage à 1500 m sous une incidence de 30°, le nouvel engin, baptisé Cruiser Tank Mark VIII A30 Challenger, souffre de nombreux défauts. Son centre de gravité est trop haut, ce qui tend à le déséquilibrer en tout-terrain. La longueur trop importante de la plate-forme nuit à la maniabilité. La production se limite à 200 exemplaires, qui sont progressivement déployés au sein d'unités de reconnaissance.

La firme Leyland reçoit la charge du projet A34 Comet, le successeur programmé du Cromwell. Afin de ne pas refaire les mêmes erreurs que pour le Challenger, une version compacte et allégée du 17-Pdr (76,2 mm) de 55 calibres est développée par Vickers. Désignée 77 mm Royal Ordnance Quick-Firing (ROQF) Mk. II ou encore 77 mm HV (High Velocity), l'arme se distingue de l'original par son tube raccourci à 49 calibres, sa culasse plus compacte et ses munitions plus courtes pourvues d'une douille plus large. La réduction de la taille des projectiles permet d'en embarquer un nombre supérieur et de faciliter leur manutention. Le nouveau canon a une puissance de feu inférieure au modèle d'origine, mais il constitue tout de même une menace pour le Panzer V Panther et le Panzer VI Tiger. Il utilise des munitions APDS (Armour Piercing Discarding Sabot) qui, grâce à leur haute vitesse initiale (1120 m/s), transpercent 131 mm d'acier à 1500 mètres et 120 mm à 2000 mètres sous une incidence de 30° ! La supériorité des chars lourds allemands est ainsi totalement remise en question.

Bien que de plus petite taille, le 77 mm HV est toujours trop imposant pour la tourelle du Cromwell. Une nouvelle tourelle est alors dessinée. La partie arrière et les côtés sont constitués d'une plaque de blindage en forme de « U ». D'une épaisseur de 102 mm, la partie avant est moulée, et un renflement dans le bas protège l'anneau de la tourelle. Celle-ci est plus résistante que ses prédécesseurs grâce à l'emploi d'un blindage en acier corroyé. La tourelle abrite le tireur, le chargeur et le chef de char. Ce dernier dispose d'un tourelleau à vision périphérique. Une nuque de tourelle équilibre la volée du canon et renferme la radio No.38 Wireless, destinée aux échanges avec les unités de fantassins. Un combiné téléphonique est monté à l'arrière de la caisse pour permettre à l'infanterie d'accompagnement de dialoguer avec l'équipage.

En raison de l'augmentation du poids de la tourelle, le châssis doit être modifié. Ainsi, les cinq galets du train de roulement sont réduits et quatre rouleaux porteurs sont ajoutés sur sa partie supérieure. La partie avant de la caisse passe de 32 mm à 64 mm. L'engin est équipé d'un moteur 12 cylindres en V Rolls-Royce Meteor Mk. III de 600 chevaux. Au final, les ingénieurs obtiennent un char robuste, maniable et agile. Sur route, l'A34 est rapide, avec des pointes aux alentours des 50 km/h. Grâce à son rapport puissance/poids de 18,1 chevaux/tonne, le Comet surclasse le Panzer V. L'A34 Comet a rattrapé une bonne partie du retard qu'avaient les chars anglais sur le Panther. Il reste toutefois inférieur dans certains domaines, comme celui du blindage, mais le char britannique est bien plus léger, avec 33,2 tonnes contre 45 tonnes.

Le prototype en acier doux est présenté en février-mars 1944, mais il demande encore une période de mise au point. Les premiers modèles « aptes au combat » sont livrés à l'automne 1944. En décembre 1944, le Comet aurait pu connaître son baptême du feu dans le massif ardennais, mais les équipages ne sont pas prêts et reçoivent en urgence des Sherman pour arrêter l'offensive allemande. Jusqu'à la fin du conflit, le Comet est déployé au sein de la 11th Armoured Division. Du fait de son arrivée tardive sur le champ de bataille, le char britannique ne participera à aucune bataille majeure. Il est engagé lors la guerre de Corée (1950 - 1953) aux côtés de son successeur, le Centurion. Le Comet reste en fonction dans l'Armée anglaise jusqu'en 1958. Certains exemplaires sont revendus à l'Irlande, à l'Afrique du Sud et à la Finlande.


// Profils couleur

A34 Comet Mk.I

// Spécifications techniques

Comet (A34)
Type Char de cavalerie
Nb d'exemplaires produits 1200
Équipage 5 hommes
Poids 33,22 tonnes
Longueur 7,66 m
Largeur 3,07 m
Hauteur 2,67 m
Motorisation Moteur: 12 cylindres en V essence Rolls-Royce Meteor Mark III
Puissance: 600 cv à 2250 tr/min
Vitesse maximale Route: 51 km/h
Tout-terrain: 26 km/h
Autonomie Route: 240 km
Tout-terrain: 130 km
Blindage (en mm) Tourelle:
Frontal: 102 / Latéral: 64 / Arrière: 57
Caisse:
Frontal: 64 / Latéral: 14 / Arrière: 25
Superstructure:
Frontal: 76 / Latéral: 29 / Arrière: 25
Armement Principal: 1 canon de 77 mm ROQF Mk. II
Secondaire: 2 mitrailleuses Besa de 7,92 mm ; 2 x 6 lance-grenades fumigènes